Auteur/autrice : Florent Moncomble

Une analyse à partager… à vos amis

Vous partagez vos photos avec des amis ou vous partagez vos photos à des amis ? Un petit billet sur l’évolution assez récente du verbe partager. Ce sont des hypothèses à partir d’observations. À creuser donc ! 🕳️

Baisse du niveau en français, fantasme ou réalité ?

Un billet pour revenir sur la question posée le 7 aout au Débat de midi sur France Inter. Alors est-ce que le niveau baisse ou pas ?

« Je fus » ✅ / « j’ai été » ❌… 🤔

Ah si seulement Gabriel Attal avait dit « Oui, je fus à l’école privée », comment tout le monde aurait trouvé ça beaucoup plus stylé ! Petite explication de texte : pourquoi « je fus » ça passe mais « j’ai été », ça fait moins classe ? ⬇️

Grave bien

D’un point de vue grammatical, quelle différence y a-t-il entre « j’aime fort quelqu’un » et « j’aime grave quelqu’un » ? Vous trouvez sans doute que « fort » c’est classe alors que « grave » c’est relâché ? Et si au contraire c’était un enrichissement ? Un petit billet rempli d’amour ! ⤵️

Ferdinand Brunot, le pionnier atterré

L’ouvrage que l’Académie vient de faire paraître a redonné à tant de vieilles erreurs une autorité nouvelle […] que la nécessité d’en préserver le public m’a paru urgente. Un billet sur Ferdinand Brunot et ses Observations sur la grammaire de l’Académie française. ⤵️

Un ou une après-midi ? Trouble dans le genre à l’Académie…

Selon vous, quel est le genre grammatical d’après-midi ? Masculin OU féminin ? Diriez-vous plutôt : « par un bel après-midi d’été » OU « par une belle après-midi d’été » ? Voici l’histoire du genre de ce mot vue par l’Académie française. C’est parti ! ⬇️⬇️

La fin de l’accord du participe que j’ai tant désiré(e)

UN seul bout de phrase est censé prouver depuis des années l’utilité de l’accord du participe passé (aux. avoir) avec le COD : la mort de l’homme que j’ai désiré(e) Tournure délibérément ambigüe et présentée hors contexte. Pourquoi c’est triplement drôle ⬇️⬇️

« Le français va très bien, merci, » mais… Tour d’horizon de ce qui ne va pas

« Le français va très bien, merci » C’est une observation objectivable et incontestable. Ça ne veut pas dire que TOUT va bien autour de la langue et de son enseignement. Rassurez-vous 😉 y a des choses qui vont mal, à partager pour les grincheux… ⬇️⬇️⬇️