« Le français va très bien, merci, » mais… Tour d’horizon de ce qui ne va pas

« Le français va très bien, merci »

C’est une observation objectivable et incontestable.

Ça ne veut pas dire que TOUT va bien autour de la langue et de son enseignement.

Rassurez-vous 😉 y a des choses qui vont mal, à partager pour les grincheux… ⬇️⬇️⬇️

L’orthographe du français va mal 📉: elle n’est plus enseignable et cela explique les difficultés croissantes à la maitriser.

La dernière réforme d’envergure remonte à 1835 ! C’est comme si on avait gardé le code de la route conçu pour des fiacres à l’époque des autoroutes.

L’Académie française va mal📉: institution à bout de souffle. Écran de fumée posé sur des institutions qui font le travail en terminologie sans la reconnaissance symbolique.

Confions la réforme de l’orthographe, urgente, à un Collège de francophones.

Les profs de français en FRANCE vont mal 📉: conditions de travail sans cesse dégradées, formation initiale maltraitée, liste d’ouvrages rigide imposée à la lecture au mépris de la réussite pédagogique, réformes incohérentes des épreuves du bac.

Les profs de Lettres classiques vont mal dans toute la francophonie📉 : nombre d’heures en baisse, aucun soutien réel des autorités…

Alors que la découverte du latin et du grec donne énormément d’outils de compréhension et de créativité. L’initiation devrait être obligatoire.

L’enseignement de la grammaire va mal 📉: trop focalisé sur l’enseignement des exceptions et des taxinomies (liste de catégories), sur des textes classiques.
Il faut enseigner l’observation des faits et la joie de découvrir les régularités dans les écrits courants et à l’oral.

Le français va mal dans certaines régions de la francophonie du sud, là où son usage est arrivé par baïonnettes… L’avenir dira ce que les locuteurs et locutrices décideront d’en faire, et ça n’aura pas d’impact sur la langue française elle-même.

[Billet à compléter…]