Baisse du niveau en français, fantasme ou réalité ?

Un billet pour revenir sur la question posée le 7 aout au Débat de midi sur France Inter.
Alors est-ce que le niveau baisse ou pas ?

Pour commencer, il faut savoir de quoi on parle : lecture, écriture, orthographe, compréhension, vocabulaire, etc. ? En fonction de la compétence en question, la réponse ne sera pas la même. Divulgâchage d’emblée : la langue française ne s’appauvrit pas !

Orthographe

En France, le niveau est mesuré depuis 1987 avec une même dictée. Et dans ce cadre, c’est un fait : un élève d’aujourd’hui en CM2 (11 ans) fait en moyenne 2 fois plus d’erreurs qu’un élève de 1987. Mais est-ce que le niveau est rattrapé plus tard ? Mystère 👻

Contrairement à une idée reçue tenace, jamais l’orthographe n’a été maitrisée par une majorité de la population française. Bref, elle ne s’est jamais réellement diffusée et cela représente un vrai problème démocratique.

Compréhension en lecture

Enquête PIRLS 2021 : en 20 ans, le niveau moyen en compréhension n’a baissé que de 2%. Dans ce domaine, il est donc difficile d’affirmer que le niveau baisse de manière significative alors même que le nombre de redoublants a été divisé par plus de 2.

Les élèves de CM1 (10 ans) en France sont en-dessous de la moyenne européenne. Et ils font partie de ceux qui répondent le moins aux questions lorsqu’ils doivent rédiger. Mais cela n’est malheureusement pas surprenant… Pourquoi ?

Parce que le système orthographique du français demande un temps d’apprentissage plus long que celui de la plupart de nos voisins. Et l’insécurité linguistique pousse les élèves français à ne pas rédiger même quand ils connaissent la réponse plutôt que faire des « fautes ».

La question des inégalités

La France est un des pays dans lesquels la position sociale a le plus de poids. Or, c’est sans doute l’enseignement le plus important des évaluations internationales : plus le système est égalitaire, plus il est efficace (d’après Baudelot et Establet).

Conclusion

Traiter en priorité la question des inégalités. « Les pays qui occupent les premiers rangs en matière de performance scolaire sont aussi, bien souvent, ceux qui limitent le plus les inégalités. » (Baudelot et Establet, L’élitisme républicain)